Matelot « Opérations navales » de la Marine Nationale
Votre compte
Navigation
Rechercher un emploi

Matelot « Opérations navales » de la Marine Nationale

Comprendre le métier

Matelot opération navale

Le matelot « Opérations Navales » travaille aux différents postes d’un Central Opérations, au Centre des Télécommunications ou à la passerelle. Il participe alors à la conduite des opérations navales, aux transmissions et au suivi de la navigation.

Il peut être affecté au poste de détecteur. Il effectue la veille des échos du radar et transmet les informations au marin affecté à la table traçante. La table traçante est située au milieu de la pièce du Central opérations, elle représente une carte nautique sur laquelle sont indiqués tous les bateaux alentour. Lire la suite ...

Il peut être affecté au poste d’électronicien d’armes. Quand il effectue un quart à ce poste, il attend qu’un exercice ou une action soit déclenché. Il doit alors repérer la position exacte de la cible à l’aide de radars spécifiques (radar de veille air, radar de navigation, radar de tir). Ces radars déterminent la position, la route et la vitesse de la cible. Un radar lié à l’arme permet de viser la cible.

Selon ses compétences, il peut aussi être affecté au poste de SITEL (spécialiste des systèmes d’informations et de télécommunications). Il effectue alors son quart au Centre des Télécommunications du navire. Il s’occupe de la distribution des messages à l’envoi comme à la réception. Cette opération nécessite également de procéder au codage et au cryptage des messages.

Enfin, il peut être affecté au poste de navigateur timonier. A la passerelle, le matelot « Opérations navales » fait le suivi de la navigation : il doit repérer la position du navire, faire les relevés de la météo.

A terre, il peut être affecté au poste de guetteur dans un sémaphore. Sa tâche consiste à contrôler le trafic maritime dans les eaux territoriales (respect du droit maritime) et participer aux missions de service public.

Ce métier est également connu sous le nom de : Opérateur « Opérations navales »

Quel serait mon environnement de travail ?

C’est en général un métier embarqué. A bord d’un navire ou d’un sous-marin, le matelot « Opérations Navales » exerce son quart, soit au Central opérations (PC Opérations) soit au poste central des Télécommunications (PC Telec) soit à la passerelle du Navire. Selon les contraintes opérationnelles, les navires comme les sous-marins peuvent effectuer des missions de plusieurs mois. Les marins changent d’affectation tous les 2 à 4 ans.

Le Central opérations est le centre décisionnel du bâtiment. C’est une salle sous haute protection, qui regroupe tous les instruments électroniques utiles à la navigation, à l’information tactique et à l’emploi de l’armement.

Les rôles et les quarts. A bord d’un sous-marin ou d’un navire, la vie est rythmée par les quarts : tranches horaires pendant lesquelles les marins travaillent soit à l’entretien du navire soit à leur métier propre, ou sont de repos. Les membres de l’équipage (matelots, officiers mariniers et officiers) se relaient 24h /24 aux différents postes. Ainsi les postes se succèdent toute la journée et toute la nuit : poste d’entretien, puis repos, puis poste de quart…

Exemple de trois journées de travail consécutives en semaine:

08h -12h 12h -15h 15h -18h 18h -20h 20h -24h 00h -04h 04h -08h J N Quart Repos Entretien Quart Repos Repos Quart J N+1 Entretien Repos Quart Repos Repos Quart Repos J N+2 Entretien Quart Entretien Repos Quart Repos Repos

Les exercices militaires viennent compléter ce quotidien très rythmé et entraîner l’équipage au combat. Déclenchés à tout moment, ces entraînements visent à simuler des exercices généraux, avarie « machine » (perte de la propulsion et de l’appareil à gouverner, avarie électrique), exercice incendie, lutte contre les voies d’eau et les sinistres de combat, exercice de récupération d’un homme à la mer et des exercices de spécialité, lutte anti-navire, lutte anti-aérienne, lutte anti-surface…... Dans ces simulations, tout est reproduit : le bruit, les blessés, les fumées … Lors d’un exercice d’incendie ou de combat, tous les marins, quelle que soit leur spécialité, prennent un poste de combat : brancardier sous les ordres d’un infirmier, pompier sous les ordres d’un officier marinier de spécialité pompier, canonnier sous les ordres d’un mécanicien d’armes.

Ai-je les compétences nécessaires ?

Rigueur, discipline, solidarité et esprit d’équipe ou plus précisément dans le cas de la Marine, esprit d’équipage, si vous appréciez ces ambiances de travail, vous apprécierez la carrière de matelot.

Il vous faudra être ouvert d’esprit, avoir des capacités d’adaptation à la fois pour vous intégrer aux équipages avec lesquels vous travaillerez tout au long de votre carrière.

Pour exercer la fonction « Opérations navales » , il vous faudra faire preuve plus particulièrement d’esprit d’initiative. Une bonne acuité visuelle et auditive, un bon niveau en anglais sont des qualités dont le marin aura aussi besoin pour être capable d’utiliser les moyens techniques et sophistiqués mis à disposition.

Comment accéder à ce métier ?

Conditions pour postuler :

- Etre de nationalité française.

- Avoir entre 18 et 25 ans.

- Avoir un niveau scolaire du Bac à Bac+3.

- Etre déclaré médicalement et physiquement apte.

- Savoir nager.

- Avoir effectué sa Journée d’Appel de Préparation à la Défense (JAPD).

L’engagement initial est de 4 ans via un contrat QMF, c’est-à-dire Quartier Maître et Matelot de la Flotte. Selon vos compétences, vos aptitudes et vos envies, vous avez le choix entre : matelot « Machine », matelot « Opérations navales », matelot « Pont », matelot « Piste et pont d’envol », matelot « Maintenance aéronautique », matelot « Pompier », matelot « Fusilier marin », matelot « Restauration », matelot « Bureautique ».

Dès votre incorporation, une formation initiale, identique pour tous les matelots, quelle que soit leur spécialité, est dispensée. Elle se déroule dans l’école de spécialité, dans ce cas le Centre d’Instruction Navale de Saint Mandrier près de Toulon. Pendant 5 semaines, la formation initiale d’équipage (FIE) délivre les fondements de la culture marine (vocabulaire, bases de la navigation, manœuvres d’embarcation…), de la culture militaire (droits et devoirs, tir, conduite du personnel…) et sportive et les fondamentaux de la sécurité (incendie, voie d’eau).

Le contrat de courte durée (4 ans) donne l’accès au poste de « opérateur des opérations navales » après une formation de 2 mois à l’école de Saint Mandrier près de Toulon. Des enseignements militaires, marins et de sécurité sont dispensés. A la sortie, le marin arrive au grade de « matelot de la flotte » ou de « quartier maître » selon son classement. L’opérateur des opérations navales est ensuite affecté pendant 2 ans sur un navire de surface, généralement un aviso.

Dans un deuxième temps, vous suivez une formation élémentaire métier (FEM) dédiée à la spécialité « opérations navales ». Au cours de cette formation de 3 semaines sont dispensés des cours portant sur les notions élémentaires de navigation, procédures radio/visuelles en anglais, veille sur scope...

A l’issue de la formation, le matelot « Opérations navales » est affecté dans la même unité et occupe un poste d’opérateur pendant toute la durée de son contrat (4 ans). Si vous faites partie des meilleurs, vous pourrez suivre un complément de formation pour devenir officier marinier. Si vous n’êtes pas sélectionné, vous aurez la possibilité, via un renouvellement de contrat, d’occuper d’autres emplois d’opérateurs tout en progressant en grade. Ce renouvellement vous conduira à un total de 9 années de service au sein de la Marine nationale.

En savoir plus sur les formations

Marine recrute Site d’informations sur les métiers de la Marine www.marinerecrute.gouv.fr

Ecole de Maistrance Formation des officiers mariniers http://maistrance.free.fr

Centre d’instruction navale de Saint Mandrier Formation des matelots de la Flotte http://www.defense.gouv.fr/

Comment évoluer à partir de ce métier ?

La Marine offre tout au long de la carrière des marins des possibilités d’évolution. La progression dépend des aptitudes, du potentiel et des évaluations reçues par le marin.

Les grades.L’avancement d’un matelot est marqué par l’accession à différents grades : matelot breveté (1), quartier-maître de seconde classe (2), quartier maître de première classe (3), puis d’officier marinier (équivalent du sous officier dans l’armée de terre) second maître (4), maître (5), premier maître (6), maître principal (7) et major (8).

Les différents grades équipage et sous officiers:

(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8)

Après une expérience qui varie de 2 à 6 années, le matelot « Opérations navales » pourra être sélectionné pour accéder aux cours de la formation d'officier marinier. Cette sélection dépend de la notation reçue à chaque entretien annuel et du classement lors des formations.

Une formation générale d’officier marinier est dispensée à l’Ecole de Maistrance près de Brest. La formation d’officier marinier est complétée par une formation technique dans l’une des spécialités suivantes : détecteur (DETEC), détecteur anti-sous-marin (DEASM), électronicien d’armes (ELARM), spécialiste des systèmes d’information et des télécommunications (SITEL), navigateur-timonier (NAVIS), guetteur de la flotte (GUETT). Pour les 4 premières spécialités, la formation se déroule au Centre d’Instruction Naval de Saint Mandrier près de Toulon. Pour les 2 dernières, elle se déroule à l’Ecole de Manœuvre et de Navigation de Lanvéoc Poulmic près de Brest.

A la suite de ce cours, le matelot ou quartier-maître Opération navale obtiendra le Brevet d’Aptitudes Techniques (BAT). Il pourra alors devenir officier marinier et accédera au grade de second maître. Il poursuivra alors sa carrière en tant que technicien et cadre en accédant progressivement à des responsabilités supérieures.

Après plusieurs années d’expérience (4 à 8 ans), il peut être admis dans une nouvelle formation le menant au diplôme de Brevet supérieur. Cette formation peut leur permettre d’accéder au statut d’officier marinier de carrière. Ils sont affectés à des postes d’encadrement. Quelques années plus tard, ils peuvent être sélectionnés pour une formation de cadre de maîtrise et obtenir le diplôme de Brevet de Maîtrise (BM).

Devenir officier. Plusieurs concours internes permettent à ceux qui le désirent et qui auront démontré leur aptitude managériale, de devenir officier et ainsi, d’occuper des fonctions d’expertise, d’encadrement et de direction.

Retraite. Si le marin titulaire du BAT n’est pas sélectionné pour le Brevet Supérieur, s’il ne l’obtient pas ou s’il décide de ne pas devenir militaire de carrière, au terme des dix années de service, son contrat peut être prolongé d’un an à l’essai ou de 5 ans. Au bout des 15 années, le marin peut percevoir sa pension de retraite.

Reconversion. La Marine nationale prend soin d’aider les anciens militaires à se reconvertir dans le civil.

Quels sites consulter pour en savoir plus ?

Sites officiels

Ministère de la Défense nationale www.defense.gouv.fr

Marine Nationale www.defense.gouv.fr/marine

Sites ressources

Mer et Marine www.meretmarine.com

Net Marine www.netmarine.net

Portail des sous-marins http://corlobe.tk

Dernières offres d'emploi Matelot « Opérations navales » de la Marine Nationale

Toutes les offres Matelot « Opérations navales » de la Marine Nationale