Les actualités de l'emploi sur Meteojob - Gérer son stress avant et pendant un entretien d'embauche
Votre compte
Navigation
Rechercher un emploi

Gérer son stress avant et pendant un entretien d'embauche

Gérer son stress avant et pendant un entretien d'embauche

12 Avril 2016

Vous vous apprêtez à passer un entretien collectif ou individuel, et vous risquez d’avoir la boule à l’estomac, c’est normal ! Pour ne pas perdre tous vos moyens, apprenez à faire la différence entre stress et trac et suivez ces quelques conseils…

Etre stressé en allant à un entretien d’embauche, est-ce normal ?

La réaction de stress est une réaction normale de l’organisme face à un évènement nouveau ou inconnu. Les causes peuvent être multiples : manque de sommeil, approche d’une compétition sportive, ou, dans le cas présent, le fait d’être en recherche d’emploi. Il ne faut pas confondre le stress avec le trac : plus instantané, il s’agit d’une peur ou d’une angoisse irraisonnée que l’on ressent avant d’affronter le public ou d’exécuter une résolution, et qui se dissipe généralement dès l’entrée en action. En quelque sorte, le trac est un stress particulier. Par exemple, les acteurs ont le trac avant d’entrer en scène, et ce trac stimule à la fois leur corps et leur esprit pour mieux exprimer leur potentiel. Ce trac disparaît dès l’entrée en scène. De la même manière, de nombreux candidats ont le trac juste avant leurs entretiens : vous n’êtes pas le seul.

Le stress libère les forces vitales, en particulier les émotions positives qui sous tendent la motivation. Un peu de stress n’est pas négatif, il faut par contre éviter l’excès de stress.

Pourquoi et comment réduire votre niveau de stress ?

L’excès de stress peut avoir un impact négatif sur votre performance et votre bien être. Il est possible de réduire votre stress à un niveau optimal, ni trop bas, ni trop élevé.

Il y a 3 méthodes pour y arriver :
La relaxation
La prise de conscience des sources de votre stress
L’optimisation de votre résistance au stress


La relaxation
Il existe de nombreuses techniques de relaxation. La relaxation simple consiste à se mettre dans une position confortable, à détendre ses muscles (par exemple épaules, joues et bras) et à respirer très lentement par l’abdomen.
La clé n’est pas de faire de longues séances de relaxation, mais de faire de nombreuses séances de relaxation de quelques minutes très fréquemment (ce que vous pouvez faire aussi juste avant de rentrer en entretien).
Un ouvrage intéressant est « Savoir se relaxer pour combattre le stress » E. Jacobson Editions de l’Homme, Paris et Montreal 1984

La prise de conscience des sources de votre stress
Ce n’est pas l’entretien d’embauche lui-même qui génère votre stress, ce sont les pensées que vous développez autour de l’entretien qui le provoquent. On est souvent son pire ennemi. Par exemple « je ne vais pas être assez performant », ou « je ne suis pas assez qualifié pour le job » ou « je ne vais pas être pris ».
Il faut absolument éviter de se mettre des objectifs du type : je dois absolument réussir l’entretien. Il faut se dire : je vais faire du mieux possible mais si je ne réussis pas ce n’est pas ma faute, l’offre n’était pas faîte pour moi. Dites vous de plus que chaque entretien vous permettra de progresser pour mieux vous présenter la prochaine fois. On est rarement au Top au premier entretien.

Augmenter votre résistance au stress dans l’entretien.
Il faut savoir que vous allez rencontrer des gens variés, dont certains vont tester votre résistance. Pour éviter d’être déstabilisé, il faut considérer comme normal de ne pas avoir réponse à tout. Si le recruteur met en évidence quelque chose que vous ne savez pas, ou un point faible, ne cherchez pas forcément à nier mais manifestez votre volonté d’amélioration sur ce point : « je n’ai en effet pas appris cela, mais je sais m’adapter et je vais me mettre à niveau… ». Avoir des points d’amélioration c’est normal, ce qui compte pour le recruteur, c’est votre écoute et votre volonté de progression.
Cherchez de plus à orienter l’entretien sur vos points forts. « je n’ai pas cette expérience, mais par contre je fais cela qui serait utile…. ».

Enfin, voici trois conseils pour assurer devant un recruteur :

1/Préparez votre discours ou sa présentation dans les grandes lignes sans pour autant l’apprendre par cœur car cela se sentirait.

2/Prévoyez des temps de pause entre deux réponses ou deux argumentaires. Inutile de parler trop vite au risque de ne pas être clair.

3/Regardez votre ou vos interlocuteur(s) : cela vous permettra d’établir une vraie communication et de montrer que vous êtes sûr (e) de vous (même si intérieurement vous avez le trac).